havran

havran

Cycle des Epouvantails

Un corps qui porte sur lui la ligne courbe de l’horizon. Un signe inscrit à l’encre noire sur un paysage, pris dans le vent qui génère en lui des formes multiples, tant concrètes qu’abstraites. Un signe élégant, marchant posément au sol, s’envolant sans effort et glissant sur le monde.

Un corbeau, signe de malheur, parfois, puisqu’il est à l’occasion charognard et a toujours suivi les hommes sur les champs de bataille, à travers les catastrophes. Mais aussi un signe de vie.

Un être en perpétuel changement qui essaie de se fondre dans le cadre, en simulant l'animal qu'il est censé éloigner. Ouvert aux quatre vents, en permanence traversé par des courants d’air. À travers les orifices de son corps, entre le bas et le haut permutés, le souffle circule. Désespérément ouvert.

Sentinelle fidèle des champs désertés qui survit à son temps en se réinventant constamment. Rappelant aussi ces nouvelles tentatives de répulsifs de nos temps modernes, où l'on ne trouve pas mieux que d'essayer des épouvantails plus vrais que nature : le corps d'un oiseau mort, exposé en posture d'alarme, prêt à l'envol.

"Fidèle à l'éclair et havran : deux solos, joyaux de Karine Ponties, clôturent le festival Traverses.Vendredi et samedi, deux créations de la Dame de Pic ont fait battre le coeur au Centre chorégraphique d'Orléans. La première pièce ne dure que vingt minutes, ce n'est qu'une pure merveille de délicatesse et de fulgurance. Seul en scène, évoluant sur une musique originale et bande son de David Monceau, Jaro Vinarsky, danseur portant sur les épaules un long bambou qui n'est pas sans évoqué la ligne courbe de l'horizon, est cet épouvantail de plein champs mis en danse par Karine Ponties. Roulé par les vents, jeté au sol tel un chiffon ou se relevant comme une flamme, ce funambule offre une folle pantomine qui émerveille et force l'admiration."

Jean-Dominique BURTIN – la République du Centre,
22 décembre 2008.

LA FIGURE DE L'EPOUVANTAIL

Poète de la nuit des temps qui trône toujours à l’angle des champs, l’épouvantail ne s’explique pas : un faux-semblant, un croquemitaine, un ogre, un sceptre, un protestataire, un crucifix, un sens interdit, une tour, un sablier...

Un épouvantail est pour moi une figure émouvante et contradictoire, un solitaire soldat de l’effroi qui n’a jamais effrayé personne. Il fait partie de l’imaginaire. Cet être vertical est comme le double de l’homme, un autoportrait qui ne dit pas son nom, un panneau sans interdit, un protestataire qui nous ouvre les bras quand il n’est pas pendu, ligoté ou crucifié.

C’est un être à l’abandon et dans l’abandon.

Donner vie à un épouvantail c’est redevenir vivant, faire renaître, recomposer, réapprendre. Essayer d’atteindre ce lieu où se produit le double mouvement vertical de chute et d’élévation. Contradiction vitale d’un être vivant.

Une difficile mise au monde d’un corps ou d’une parole tous deux liés, qui recommence toujours.

 .

havran appartient au Cycle des Epouvantails de même que Fidèle à l'éclair et babil. Les trois figures se trouvent réunies dans la pièce Humus vertebra : la rencontre absurde des trois.
Un quatrième solo, Benedetto Pacifico, se joint au Cycle en septembre 2011.

Crédits

Conception et chorégraphie : Karine Ponties

Interprétation : Jaro Vinarsky

Musique originale : David Monceau

Lumière : Florence Richard

Costumes : Samuel Dronet

Direction technique : Guillaume Fromentin

Durée : 20 minutes


Production

Production : Dame de Pic/Cie Karine Ponties

Coproduction : Centre Chorégraphique National d’Orléans – direction Josef Nadj, dans le cadre de l'accueil studio 2008 - Ministère de la Culture (France), O Espaço do Tempo de Montemor-O-Novo (Portugal), Théâtre Les Tanneurs (Belgique).

Avec le soutien du Ministère Fédération Wallonie-Bruxelles - Service de la danse et de Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse.

Dame de Pic / Cie Karine Ponties est conventionnée par le Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, service danse et reçoit le soutien de Wallonie-Bruxelles International. La Compagnie est en résidence administrative au Théâtre Les Tanneurs à Bruxelles.


© 2013 Dame de Pic / Cie Karine Ponties Design : Speculoos