Le Chant d’amour du grand singe

Le Chant d’amour du grand singe

Cette création vient de voyages que je n’ai pas fait, de paysages que je n’ai pas vus, l’Arctique et la Jungle. Je voulais rencontrer ceux qui vivent sur ces terres fécondes de légendes, ceux que l’on a voulu faire taire, ceux qui ont fossilisé leur mémoire pour ne pas mourir de froid, comme une empreinte à la fois précaire et éternelle. Le voyage ce n’est pas de découvrir de nouveaux paysages, c’est avoir d’autres yeux.Ce qui est fondamentalement lié à l’humain c’est peut-être ce que l’on trouve quand on soulève la peau. La peau comme un champ de fouille. En soulevant la peau on trouve le grand singe. Le grand singe est possessif et primaire. Il pense avec son ventre. Il enlève sa peau comme une fille de joie laisse tomber son manteau en plein hiver.Quand on a tout enlevé on retient les climats, les rythmes, les gestes ordinaires, les choses simples.

Au détour des terres du grand singe on entend un chant d’Amour. 

Karine Ponties

Où vas-tu gorille ? Amant mort de faim, ton cœur est en miettes d’avoir trop tué.J’ai envie de chair humaine.C’est incroyable qu’est-ce qu’on peut faire avec la chair humaine, on peut se réchauffer.Il y a quelque chose qui explose entremes jambes.Est-ce que vous savez ce que c’est l’estomac ?On a beaucoup de temps pour la tête mais on a peu de temps pour l’estomac.Je sens la peur qui descend dans mon cul et c’est émouvant.Ca fait du bien et ça fait du mal.C’est rouge, c’est noir, même noir, ça fatigue.

Sabrina Marsili

Ça y est, j’ai la rivière qui galope. Je sens tous mes trous qui transpirent. J’ai le cœur qui s’émiette.

Dans l’Océan la bête gronde.

Sa rouge bouche de passion se glace.

“Ami , ma maison est brûlante,ma tribu danse en silence”.

Au sommet de la montagne, la fille de l’eau vit dans le vide de la vallée.

“Hippopotame, je regarde la mouche blanche se balancer sans force.Je vois ses poils, ses pieds, ses fesses et mon ventre creux et chaud d’amour. Sur mon rocher, au pied de la fôret, je regarde le clan grimper la colline en chantant le soleil, les étoiles, et l’oeil du grand chef, leurs rires puissants me tordent le coeur. Ils vont voir la femelle aimée, mon amour boiteux. Une flèche dans la tête. J’ai le mot mort sur le coeur. Le visage sombre. Etrange terre. L’Océan mon pays, chante sa chute”. Ces choses simples qui font mal et qui restent dans le cœur.

Cécile Loyer

Voyez, mes amies, le chant que m’a chuchoté à l’oreille le gentil gorille qui veut gagner mon coeur. Il parle ainsi:

“Si tu viens avec moi, mon nid ne sera pas un piège sombre et silencieux, mais un grand pays de rires et de lumière. Je t’aimerai chaque nuit tellement soif j’ai de toi, je boirai de ta bouche, je caresserai tes fesses, je te donnerai mon aiguillon pour qu’il contente ton devant et ton dedans, et tu dormiras dans mes bras sur les branches des arbres, et tu n’auras pas froid.

Viens sans peur ma belle femelle, ma noire compagne”.

Anna Moreno-Lasalle

Crédits

Chorégraphie: Karine Ponties

Interprètes: Cécile Loyer, Anna Moreno-Lasalle & Sabrina Marsili

Composition musicale: Dominique Pauwels

Musiciens: An VanCoillie (violon) Marc Steylaerts (violon) Béatrice Derolez (viola) Jo Vercruysse (viola) Alex Roosemeyers (piano) Peter Mercx (clarinette & clarinette basse) Luc Nielandt (hautbois) Soprano Anna Moreno-Lasalle

Conception lumière: Florence Richard

Regards extérieurs: Florence Richard & Valérie Martino

Textes: Ghérasim Luca & les interprètes

Première : 24 février 2005 à la Chapelle des Brigittines à Bruxelles.


Production

Production : Lod ( Gand) et de Dame de Pic a.s.b.l. / Cie Karine Ponties

Coproduction avec Les Brigittines (Bruxelles). Avec le soutien du Gouvernement Flamand, de la Communauté française Wallonie-Bruxelles et du Ministère de la Communauté française – Service de la Danse.

Références de travail

  • Le Chant de la Carpe de Gérashim Luca
  • Tarzan de F. Lacassin
  • Le Chant d’Amour grand singe de Jacques Jouet ( oulipo #4)
  • Hummocks 1 et 2 de Jean Malaurie
  • Ultima Thulé de Jean Malaurie
  • Les départs exemplaires de Gabrielle Wittkop
  • L’ombre du double de Bernard Noël

© 2013 Dame de Pic / Cie Karine Ponties Design : Speculoos